Tourment amoureux du XVIe siècle


Gloria BEDI


Amour ! Plaisir ? Souffrance ? Me voilà perdue

Courtisée, flattée, je me sentais précieuse

Ces marques d’amour ont touché mon âme odieuse

Oui! Cupidon m’a touchée, me voilà férue

 

Ces yeux rouges ! Ces lèvres pulpeuses ! J’étais éperdue

Gaité, bonheur sont mon quotidien, j’étais rieuse

Mais une peur me tarauda malicieuse

Temps qui passe, souffrance prend le dessus

 

Ta froidure me peine, l’espoir m’attache à toi

Toi qui dit m’aimer, tu me gardes loin de toi

Aucune liberté je n’ai, rien je ne puis y faire.

 

Je souris et, je pleure et encore

Et mon destin pareil à celui de Pandore

Vérité soit dite prisonnière je suis

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s