Chaque aube tient parole : Le vieux platane, de Pierre Gabriel

Un poème lu par Kamel

Le vieux platane

Sur le tronc du vieux platane

L’écorce a gravé des pays,

Des îles vertes, des mers sombres

Et des nuages par dizaines

Qui s’éveillent parfois quand le vent

Fait craquer la ramure du ciel.

Alors, ils s’envolent très loin

Vers des continents de soleil,

Escortés par les goélands,

Qui croisent au large du temps.

Pierre Gabriel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s